Une semaine dans les Marches, d’Urbino à Ascoli Piceno

Entre deux Workaway, j’ai pris une petite semaine de vacances et décidé de découvrir les Marches, territoire encore inconnu pour moi. J’ai entamé cette semaine par le nord de la région, avec Urbino et Urbania, ai passé une journée à la mer et suis ensuite descendue dans le sud, jusqu’à Ascoli Piceno.

Itinéraire et programme

  • Jour 1: Urbania (un après-midi) +  Sant’Angelo in Vado (une soirée)
  • Jour 2: Urbino (une journée) + Fossombrone (une soirée)
  • Jour 3: Arrivée de ma meilleure amie à l’aéroport d’Ancone à 9h et journée à Portonovo
  • Jour 4: Repos à Montefiore dell’Aso et découverte des environs
  • Jour 5: Ascoli Piceno (une journée)
  • Jour 6: Loreto (une matinée) et retour à l’aéroport d’Ancone en milieu d’après-midi

Urbania et Urbino

Ayant 2 jours libres avant d’aller chercher ma meilleure amie à l’aéroport, je décide de faire quelques visites culturelles et mon choix se pose sur Urbino (que je souhaite voir depuis des années) et une autre petite cité médiévale toute proche (moins de 20km), Urbania. Mon point de départ étant l’Ombrie, je commence mon séjour par Urbania, avec son théâtre, son palais ducal et ses momies (je vous épargnerai les photos de ces dernières).

Le palais ducal d’Urbania

Je découvre durant ces 2 premières journées dans les Marches qu’il s’agit d’une région d’eau. Mes deux logements, l’un proche d’Urbania et le second un peu plus loin qu’Urbino, sont situés dans 2 villages étrangement similaires, en bord de fleuve: Sant’Angelo in Vado et Fossombrone. Cela n’est pas pour me déplaire.

Sant’Angelo in Vado (Pour info, fin octobre, ils organisent le festival de la truffe. Je dis ça, je dis rien)

Fossombrone

Urbino ne me déçoit pas et ce que j’aime surtout, c’est son atmosphère. Encore une fois, j’y suis arrivée tôt le matin et voir la ville s’éveiller me plaît beaucoup. J’arpente les rues de la ville, monte jusqu’à la forteresse (qui ne vaut pas vraiment le coup, mais la vue sur la ville y est très belle), redescend par moultes rues et ruelles jusqu’à arriver au jardin botanique (qui permet de glaner un peu de fraîcheur lors d’une chaude journée d’été) et termine ma visite par le palais ducal, incontournable. Pour info, celui-ci est actuellement fermé au public.

La baie de Portonovo

Une fois ma meilleure amie récupérée à l’aéroport d’Ancone, nous filons vers Portonovo. Nous avons une idée bien précise derrière la tête: aller manger dans le restaurant conseillé par Roberta dans le podcast de France Culture (vous vous souvenez ?). Le restaurant en question s’appelle Da Emilia, je me dis que ça doit être un signe. Celui-ci se trouve en bord de mer. On arrive vers 10h, on commande un café et je demande à réserver une table pour le lunch. Malheur, c’est déjà complet. Qu’à cela ne tienne, la serveuse nous propose de venir nous présenter vers 14h-14h30 et de voir si une table est libre. Nous l’aurons cette table (à 14h45…) ! Pour commencer, on commande une friture de calamars (notre passion) et la spécialité de la maison, les moscioli (une spécialité de moules panées, charnues et goûteuses). Un délice.

Les pâtes qui suivent ne nous laissent par contre pas un souvenir impérissable, donc un conseil, si vous vous rendez là-bas: POISSON – POISSON – POISSON. Pour info, nous sommes descendues en voiture jusqu’au bord de la mer et avons payé 11euro pour la journée (la plupart des personnes se garent beaucoup plus haut et descendent à pieds car le parking y est gratuit) et avons payé 27euro pour 2 transats et 1 parasol.

Ascoli Piceno et Loreto

Concernant Ascoli Piceno, j’aimerais vous donner un explicatif détaillé de tout ce qu’il y a à voir là-bas, mais en fait, je préfère être honnête: on est arrivées à 13h30, on crevait de faim, on a cherché un resto, on a trouvé une perle, La Nicchia, et on a commandé la moitié de la carte. Donc, en fait, d’Ascoli Piceno, on n’a pas vu grand chose à part de la (très bonne) nourriture et la cathédrale, mais c’est clairement une ville où je reviendrai (et pas que pour La Nicchia, promis).

En haut, des spaghetti cacio e pepe une pizza bianca simple mais succulente et des rigatoni all’amatriciana. En bas, un cheesecake coulis de fraise et un

Par contre, à Loreto, on n’a pas trouvé de resto formidable, du coup, on a bien eu le temps de visiter la seule chose qui vaut le coup: la cathédrale. Ca peut paraitre un peu léger pour une visite, mais cette cathédrale, ou plutôt ce sanctuaire, pour être très exacte, est vraiment exceptionnel et fait l’objet d’un des pèlerinages les plus importants du monde catholique depuis des siècles.

Loger dans les Marches

Je ne sais pas si je suis bien tombée ou si loger dans les Marches est toujours aussi simple et agréable, mais les 3 logements trouvés sur Booking en quelques clics ont été assez exceptionnels et d’un très bon rapport/qualité prix (au mois d’août qui plus est!)(pour vous donner une idée, on est entre 35 et 40euro par personne et par nuit, petit-déjeuner compris).

Le B&B Ca’Paiardo à Sant’Angelo in Vado
Le B&B Camera con vista à Fossombrone. Ici, le propriétaire est architecte, designer et peintre. Tout a été restauré et décoré par ses soins.

Je pense tout particulièrement au dernier, à Montefiore dell’Aso, avec une piscine surplombant un splendide domaine (une des raisons pour lesquelles ont est seulement arrivées à 13h30 à Ascoli Piceno ;)). Cet endroit est tenu par Lesley, une anglaise expatriée en Italie depuis de nombreuses années, et son compagnon David, néo-zélandais. Les hôtes sont discrets, la maison décorée avec goût et les petits-déjeuners succulents. Je reviendrai !

Laisser un commentaire