Workaway, ou comment voyager plusieurs mois sans avoir gagné au Lotto

Si vous avez lu les articles précédents, vous savez qu’Emilie parcourt l’Italie depuis plusieurs mois. Pour voyager aussi longtemps, mais aussi faire de nouvelles rencontres et expériences, elle utilise Workaway et Helpx.

En échange de travail bénévole, ces sites lui permettent de trouver des hébergements gratuits.

Vous aussi, vous voulez partir longtemps mais vous n’avez pas beaucoup de sous ? Cet article vous concerne.

Workaway (et HelpX), qu’est-ce que c’est ?

Workaway, c’est un réseau en ligne. Il met en contact des voyageurs avec des personnes (ou des structures) qui proposent le gîte et (souvent) le couvert en échange de main d’œuvre. Si vous connaissez le WWOOfing, c’est pareil, sauf que ça ne concerne pas que le travail agricole. Le système existe dans 170 pays, et les aides demandées varient énormément. Par exemple, vous pourrez donner un coup de main dans une auberge, comme Emilie chez Anne et Pino (elle vous explique bientôt). Mais aussi : aider à réparer un toit, prendre soin d’animaux domestiques, accueillir les clients d’un hôtel, donner des cours de langue, animer des ateliers artistiques, travailler avec des enfants, etc.

Helpx, c’est le même principe. En un peu moins bien : le site est tout moche, le moteur de recherche moins performant, les informations moins détaillées. Les hôtes ne sont par exemple pas obligés de mentionner le temps de travail demandé. Ni les conditions d’hébergement : une chambre privée ? une tente ? un matelas dans une étable ? Surprise ! La recherche sur HelpX permet cependant d’obtenir des résultats complémentaires à ceux obtenus sur Workaway.

Comment ça marche ?

C’est simple, il suffit de

  1. S’inscrire sur Workaway (34€/an) et/ou HelpX (20€/2 ans)
  2. Créer un profil
  3. Rechercher des hôtes selon les destinations (et l’aide demandée)
  4. Envoyer un message aux hôtes sélectionnés
  5. Attendre leur réponse

Une fois le contact établi, vous convenez des modalités : date d’arrivée, durée de l’hébergement, etc. Et c’est tout. Il ne vous reste plus qu’à vous rendre chez votre hôte et commencer votre volontariat.

Et c’est chouette ?

Oui. Pour Emilie comme pour moi, ces expériences ont été très intéressantes. On recommande !

Les avantages
  • Partir longtemps pour pas cher
  • Habiter dans des villes où les loyers sont habituellement trop élevés
  • Rencontrer des gens : des locaux, mais aussi d’autres volontaires
  • Tester un nouveau type d’activité
Les inconvénients
  • Ce ne sont pas vraiment des vacances. Les horaires sont réduits (en général de 15 à 25h/semaine) mais ça reste du vrai travail. Vous aurez bien sûr du temps pour visiter ou chiller (c’est le but), mais mieux vaut le savoir.
  • Le confort : vous ne dormirez pas toujours dans une chambre 5 étoiles. Disons que le type de logement varie selon votre destination. Dans le secteur du tourisme slow, vous aurez souvent (au moins) une chambre rien que pour vous. Dans les grandes villes, on vous proposera plutôt une chambre partagée voire un dortoir…
  • Workaway ne fournit aucune garantie : le site sert juste à établir le contact. En cas de souci, peu de chances d’obtenir de l’aide auprès de la plateforme. En même temps, cela signifie que vous restez libre de quitter votre Workaway si les choses ne se passent pas comme prévu.

Quelques conseils

  • La consultation est gratuite : profitez-en

Sur Workaway et sur HelpX, il est nécessaire de s’inscrire pour contacter les hôtes. Mais vous pouvez consulter les offres gratuitement ! Profitez-en pour voir si quelque chose vous convient avant de souscrire à un abonnement.

  • Créez un profil détaillé

Mettez en avant TOUT ce que vous savez faire. Vos compétences professionnelles, mais pas que. Vous faites le meilleur gâteau au chocolat ? Vous avez un bon feeling avec les chiens ? Vous avez déjà animé des colonies de vacances ? Indiquez-le. Et ajoutez si possible quelques photos de vous dans des contextes variés (en groupe, en vacances, pendant des activités sportives, etc.).

  • Ne vous découragez pas (relancez !)

L’attente de la réponse des hôtes peut être longue (et frustrante). Gardez à l’esprit que ce ne sont pas des pros du recrutement et qu’ils sont souvent pris par leurs activités. Et surtout, n’hésitez pas à envoyer un (ou plusieurs) petit(s) message(s) de relance.

  • Lisez les commentaires des précédents volontaires

Attention, les Workawayers ont tendance à laisser des commentaires exagérément enthousiastes pour obtenir une recommandation positive en retour… Ceci dit, ça reste une bonne source d’information sur les conditions du séjour, le travail, l’ambiance, etc.

  • Contactez d’autres volontaires

C’est toujours intéressant d’échanger sur une expérience commune. Et pour la raison évoquée ci-dessus, vous aurez peut-être plus de chance d’obtenir une réponse honnête via un échange de messages privés.

  • Visa : informez-vous

Pour les volontariats en dehors de l’Europe, vérifiez qu’il ne vous faut pas un Visa travail (et posez la question à votre hôte).

  • Discutez avec vos hôtes

Avant et pendant votre volontariat, n’hésitez à poser des questions à vos hôtes et à leur faire part de vos remarques. Voire à négocier si vous avez des demandes particulières (modifier votre horaire, etc.). Ils sont généralement plutôt souples et vous trouverez facilement un terrain d’entente.

 

Photos : Suhyeon Choi et Nicole Harrington sur Unsplash

Laisser un commentaire