Un day-trip en Ombrie : Bevagna

Ce jeudi, j’avais congé et décidé de découvrir certains lieux encore méconnus en Ombrie (oui, il m’en reste, mais je bosse dur, promis). Sur les conseils d’Anne (à nouveau) et de son fils Keeghan, j’ai dessiné mon trajet sur la carte mercredi soir, ai fait quelques petites recherches sur le net et dans les dizaines de guides qu’il y a ici et voici mon planning: Bevagna – Montefalco – la Valnerina (avec Scheggino, l’Abazzia San Pietro in Valle et Ferentillo) – Trevi

[googlemaps https://www.google.com/maps/d/u/0/embed?mid=1xFtHCdZRuUnX5A-4BJRO2x1blndzP9Np&w=640&h=480]

Première étape de la journée: Bevagna, bourg médiéval situé à moins de 30 minutes d’Assise. Je ne sais pas comment Bevagna m’avait échappé jusqu’ici, sa place Filippo Silvestri ayant été consacrée plus belle piazzetta -comprendre petite place- d’Italie, grâce à son palais et à ses 2 églises romanes.

J’arrive vers 9h30 (rapide parenthèse: j’adore découvrir les villes et villages en début de journée, voir la vie prendre, les gens s’activer. C’est selon moi le meilleur moment, avec l’aperitivo, EVIDEMMENT) et aime immédiatement l’endroit, l’atmosphère, les rues et ruelles, les bars avec les tables en bois en terrasse, etc.

Bevagna

Je déboule assez rapidement sur la fameuse piazza Silvestri et là, par contre, je râle. Ouais. Alors, effectivement, les églises romanes ont l’air belles, mais de un, elles sont fermées et de deux, il y a plein de brol partout: des barrières nadar, de la rubalise, des tables, des échelles, des ouvriers (français en plus! genre, je fais ma vieille chieuse et je me dis « non mais pourquoi ils ne prennent pas des ouvriers italiens ici »), etc. Bref, ça gâche mon plaisir d’entrée de jeu. Ca ne durera pas longtemps car je tombe sur un petit bureau d’information (pas d’office du tourisme à Bevagna, un simple bureau avec des bénévoles pour vous renseigner) où un brave monsieur me dit qu’une des 2 églises est ouverte: il suffit de pousser la porte (ok) et que le brol là au milieu, c’est en fait la prépa d’un film dont le tournage commence 4 jours plus tard.

Bevagna1

La chiesa di San Michele ArcangeloLe film en question est une production française (et là, tu te calmes direct et tu comprends « pourquoi il n’ont pas pris des ouvriers italiens ici »), est réalisé par Paul Verhoeven (Basic Instinct, Total Recall, Showgirl, Elle, pour ne citer que ceux-là) et mettra en scène Benedetta (donnant son nom au film), une nonne lesbienne qui vécu au XVIIe siècle en Italie.

20180719_101123

20180719_101507

Bevagna2

Les diverses installations de décor pour le film BenedettaLa parenthèse cinéma étant terminée, le brave monsieur dont je parlais plus haut propose de m’ouvrir les portes de leurs thermes romains, où subsistent des mosaïques sous-marines datant du 2e siècle! Nous sommes accompagnés de Rachel, une anglaise, que je pense d’abord être guide touristique, mais qui s’avère en réalité être une nouvelle venue dans la communauté de Bevagna. Elle a en effet emménagé la commune une semaine plus tôt, pour échapper au Brexit. Elle m’a confié ne plus se sentir dans son pays et, étant consultante indépendante, elle a la possibilité de travailler d’où elle veut et son coeur l’a menée en Italie (même si la situation politique est loin d’être idyllique).

20180719_103050

Bevagna3

Après ces belles découvertes et rencontres, j’arpente encore quelques instants les rues de Bevagna avant de reprendre la route pour Montefalco, 10km plus loin.

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire