Et donc, à Cagliari, qu’est-ce qu’on mange ?

Des spécialités sardes

Du pane carasau : super typique et super connu (vous l’avez sûrement déjà croisé dans des épiceries italiennes), le pane carasau est un pain plat très croquant (son nom vient de carasare, « griller » en sarde, et on l’appelle également « papier à musique », parce qu’on fait beaucoup de bruit quand on le mange). Vous le trouverez sur les tables de tous les restos et il accompagnera souvent vos aperitivi.

Des culurgiones : cette spécialité au nom rigolo (« coulourrrgionesss » : essaye de rester digne en passant ta commande) est une des nombreuses sortes de pâtes farcies qui existent en Italie. Ici la farce est une purée de pommes de terre, et la sauce est en général toute simple, à la tomate et au basilic. Ça donne quelque chose entre les gnocchi et les tortellini et c’est très bon, dans le genre comfort food. Attention si vous les commandez au resto : les culurgiones sont un primo, un plat traditionnellement suivi d’un secondo, vous risquez donc de ne pas en avoir beaucoup dans votre assiette.

De la bottarga : des œufs de poissons fumés, séchés et compressés sous forme de bloc. Oui, dit comme ça c’est moyen sexy, mais promis c’est super bon (à condition d’aimer le poisson fumé évidemment). La bottarga se trouve aussi dans le sud de la France où elle s’appelle « poutargue » et elle est également surnommée « caviar de la méditerranéenne ». On la sert en condiment, râpée sur un plat de pâtes, un risotto ou une pizza (vous la trouverez souvent au menu des restaurants), ou tranchée finement, en dégustation, à l’apéro par exemple.

Des seadas : encore des pâtes farcies, mais servies au dessert cette fois-ci. Les seadas sont des espèces de ravioli sucrés, farcis à la ricotta. On les sert nappés de miel après les avoir fait sauter à la poêle. Les seadas font partie de la grande famille des pâtisseries méditerranéennes (je trouve que ça ressemble pas mal aux katayefs libanais) très riches et sucrées : vous l’aurez compris, c’est bon mais un peu lourd.

spéciliatés sardes : pane carasau, culurgiones cru, culurgiones cuits, bottarga rapée sur des pâtes, bottarga en tranches, seadas
De gauche à droite : pane carasau, culurgiones cru, culurgiones cuits, bottarga rapée sur des pâtes, bottarga en tranches, seadas

Du mirto : spécialité qui ne se mange pas mais qui se boit, le mirto est une liqueur de myrte, souvent servie comme pousse-café. C’est doux, pas trop sucré, absolument délicieux, et après deux verres on est complètement saoul.

Mais aussi

Du poisson et des fruits de mer : évidemment ! Si vous cherchez une adresse spécialisée en produits de la mer, vous tomberez sûrement sur la Trattoria Lillicu*, le restaurant « typique » le plus recommandé de Cagliari. Je l’ai testé : c’est en effet très bon, les prix sont corrects, mais les serveurs désagréables et le service bordélique, même si ça fait partie du folklore, je n’ai pas tellement aimé… Je ne vous la déconseille pas pour autant, mais mieux vaut le savoir, et réserver le jour même et en personne si vous décidez d’y aller (en haute saison, la Trattoria Lillicu ne prend pas les réservations par téléphone…). Sinon, les bonnes adresses ne manquent pas : par exemple Terra & mari*, c’est très bon (essayez les sèches farcies), pas cher et les serveurs sont SYMPAS.

Des pizza géantes : des pizza, d’accord, mais pourquoi géantes me direz-vous ? Parce que la pizzeria que nous avons testée, Il fantasma 2* propose deux tailles de pizza, « normale » ou « gigante », et que nous avons opté pour cette dernière, sans savoir que quand on vous dit « pizza géante » c’est pas pour rigoler : elle fait vraiment la taille de deux pizza… Je vous recommande donc cette adresse délicieuse et sa magnifique terrasse, particulièrement pour la pizza blanche aux asperges et celle aux courgettes et à la bottarga (à noter qu’il existe Il fantasma 1, plus loin dans la même rue, qui ne fait que des pizza à emporter).

courbes2

De la fine cuisine végétarienne : la cuisine sarde a beau être assez variée, c’est difficile d’éviter la viande et le poisson dans les restos traditionnels (et les pâtes à la tomate, ça va bien cinq minutes). En vacances avec un végétarien, j’avais donc pour mission de ne pas le laisser dépérir, c’est pourquoi, sur les conseils de la gentille dame de l’office du tourisme, nous avons testé le restaurant Gintilla* : le cadre est un peu froid (et il n’y a pas de terrasse), mais les plats sont très fins, créatifs et bien préparés. Végétariens ou non, je vous le recommande, c’est vraiment très bon.

Des gelati : nous avons mangé beaucoup de bonnes glaces à Cagliari (comme souvent en Italie, il suffit de bien choisir un glacier artigianale), mentions spéciales pour Vaniglia e Pistacchio*, Gli Stefini*, et Intenso Gelateria*.

Posted by:Giu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s