Dans les Abruzzes il y a le ciel, le soleil et la mer

Comme promis, je vous reviens avec un post sur la mer… Les Abruzzes, elles collent aux Pouilles et la côte apulienne (oui, c’est comme ça qu’on dit), tout le monde la connaît. La côte abruzzaise, elle est un peu moins connue, elle est un peu moins carte postale, mais elle est quand-même vraiment cool. Avec son charme désuet et ses trabocchi, elle ne manque définitivement pas de poésie.

La partie sud de la côte des Abruzzes est en effet connue comme la Costa dei Trabocchi, les trabocchi étant des structures en bois montées sur des pilotis de plusieurs mètres de haut. Inventées au siècle dernier par les pêcheurs, elles disposaient de plusieurs bras (longs de plusieurs mètres afin d’atteindre une profondeur suffisante) soutenant un filet de pêche, permettant ainsi de capturer des bancs de poissons entiers. Elles ne sont aujourd’hui plus utilisées mais habillent toujours le littoral entre Ortona et Vasto. Petit conseil: longer la côte en voiture et vous arrêter à San Vito Chietino.

Ortona

La vieille ville est construite sur un promontoire surplombant la mer. Ce que j’ai aimé à Ortona, c’est la lumière filtrant à travers les rues et ruelles. On passe de la pénombre à l’éblouissement et, des deux fois où je l’ai visitée (en août et en janvier), je ne saurais dire quelle lumière j’ai préféré.

En été, aux alentours du 15 août, il y a une belle fête organisée à Ortona, une sagra dédiée aux antichi sapori. Bien évidemment, il s’agit de manger et boire et ça, on aime bien. D’ailleurs, on vous prépare un article sur les sagre !

Vasto

Egalement bâtie en hauteur, Vasto jouit notamment d’une très jolie balade panoramique avec une vue imprenable sur la mer adriatique (et plusieurs petites terrasses de bars et restos pour en profiter).

Vasto possède sa propre station balnéaire, Vasto Marina, mais je vous conseille d’être curieux et de plutôt vous rendre dans la réserve naturelle à quelques kilomètres de là, Punta Aderci. Il faut marcher une vingtaine de minutes à partir du parking (gratuit) pour accéder au petit chemin escarpé permettant de descendre et admirer la plage sauvage et les falaises.

Un endroit où la nature est encore parfaitement intacte.

Toutes les photos que vous voyez ici ont été prises en janvier… quand je vous parlais de lumière, vous comprenez mieux maintenant, non ?

Ce chapitre sur les Abruzzes touche bientôt à sa fin, mais on vous prépare encore deux articles, dont un qui parlera d’un bijou traditionnel de la région !

Cet article a 2 commentaires

  1. Ça me parait bien non?

    *Jérôme Nahon* *Luthier* *Gibson* *warranty service center* 130, nouvelle route 4480 Engis +32470 95 84 01-+324275081 http://www.jnahonguitars.be

    1. Qu’est-ce qui te paraît bien? 🙂

Laisser un commentaire