Fonte Riccione: Azienda agricola e agrituristica

Comme je l’écrivais il y a quelques jours, en janvier 2016, j’étais la seule pensionnaire de cet agritourisme familial. Cela m’a valu quelques petits traitements de faveur… comme le plaisir de partager quelques repas avec mes hôtes et leurs proches,  d’être invitée à visiter les ateliers de leur exploitation -et ainsi voir l’envers du décor- mais surtout d’échanger longuement avec la nonna qui me servait à manger tous les soirs les produits de leur azienda agricola.

Ces produits, elle les préparait avec amour et savoir-faire. Leurs pâtes fraîches, le maiale, la chicoria, leur fromage… un régal. J’adorais me lever le matin, aller prendre le petit-déjeuner et pousser mon nez dans la cuisine pour voir ce qu’elle préparerait durant la journée.

Je parlais d’échanger longuement, je crois que ce que j’ai préféré dans tout ça, c’est que nous ne parlions aucune des deux la langue de l’autre… je comprends assez bien l’italien mais le parle comme une vache espagnole (je me soigne, promis!) et elle ne pipait un mot de français. Il nous fallait parfois du temps (beaucoup de temps) pour nous comprendre, mais j’ai savouré chaque moment passé à table avec elle après les repas.

Fonte Riccione, c’est définitivement une histoire de famille. Comme je vous l’ai dit, la nonna, Loredana, se retrouve le plus souvent au fourneaux, tandis que son époux Rocco travaille à l’extérieur et gère l’exploitation agricole. Le temps de leur fille, Valentina, est principalement dédié à la tenue de l’agritourisme et leur fils, Donato, gère le négoce de vin et d’huile d’olive. Ils sont d’une gentillesse et d’une affabilité incroyables!

Vous l’aurez compris, je ne saurais trop vous conseiller cet endroit si vous séjournez un jour dans les Abruzzes. Il est en plus, cerise sur le gâteau, idéalement situé entre le parc du Gran Sasso, le parc de la Majella et la côte, ainsi, vous n’aurez pas à choisir entre mer et montagne.

Dans quelques temps, je vous expliquerai plus en détails le concept de l’agritourisme, très répandu en Italie. Mais avant ça, j’ ai promis de vous parler des Abruzzes côté mer!

Laisser un commentaire