J’ai jamais vu Matera

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de Matera, même si je n’y ai jamais été. C’est un peu inhabituel, j’avoue. Mais je ne suis pas tout à fait tarée, j’y ai envoyé mes meilleurs éclaireurs: mes parents et mon frère.

« L’Italie, une histoire de famille« , tout ça, tout ça… Et bien oui, mon amour de l’Italie, il est né sur le siège arrière de la voiture familiale. Mes parents nous ont transmis, à mon frère et moi, leur passion pour ce pays. Alors, si aujourd’hui, on ne le visite plus ensemble, on s’échange les coups de coeur au gré de nos voyages respectifs.

C’est ainsi que je les ai envoyés dans les Pouilles et leur ai conseillé de piquer une tête jusqu’à Matera, en Basilicate. J’avais eu ouï dire que cette ville est belle à couper le souffle.

panorama de la ville de Matera

Au 9e siècle, la situation historique pousse une frange de la population à quitter les côtes des Pouilles (assaillies par les sarrasins) et à se retirer dans les terres. Une ville entière est alors creusée dans le tuf (roche tendre et calcaire). Ses habitations troglodytes (appelées « sassi », cailloux en italien) sont habitées jusque dans les années 50. Elles sont alors déclarées insalubres, obligeant ainsi les habitants (estimés entre 15.000 et 20.000) à s’installer en périphérie de leur ville.

En 1986, le gouvernement italien prend la décision de réinvestir la ville. Une vaste opération de restauration est menée. La manoeuvre paie: en 1993, Matera est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. A l’heure actuelle, environ 2.000 personnes vivent toujours dans les sassi !

Promis, en 2018, j’y vais. Et vous, vous avez déjà été à Matera?

PS: la photo, c’est © mon papa!

Laisser un commentaire